Adélard

Adélard : immersions-résidences

 

[PRINTEMPS 2020]

Par Sébastien Bérangé

 

Adélard a annoncé en janvier la sélection des trois artistes qui participeront à la deuxième saison, qui se tiendra à Frelighsburg du 16 mai au 4 octobre 2020. Il s’agit d’Alain Lefort, d’Émilie Bernard et de Michel Huneault. Répondant à l’appel de projets lancé l’automne dernier, 35 artistes ont envoyé leur proposition. Adélard tient à remercier toutes celles et tous ceux qui ont soumis leur dossier pour cette nouvelle saison.

« Nous avons été impressionnés par la qualité des dossiers présentés par des artistes du Québec, de l’Ontario, de France, de Belgique, d’Italie, d’Israël et du Mali. Preuve qu’Adélard est maintenant bien connu des artistes qui souhaitent profiter de ce lieu. Les artistes ont clairement démontré qu’ils partagent notre vision. Celle de rapprocher les artistes et les citoyens grâce à des activités de médiation culturelle en particulier avec les plus jeunes, » affirme le président du conseil d’administration d’Adélard.

Chaque résidence-immersion est d’une durée de 6 semaines. Pendant ces semaines, les artistes ont accès, en tout temps, à la grange-atelier d’Adélard à Frelighsburg. Les artistes logent également au coeur du village et touchent un cachet pour l’ensemble du séjour et pour chacune des activités de médiation.

Pour une deuxième année, Adélard présentera également des œuvres de grands artistes québécois sélectionnés par des commissaires invités de la Collection Loto-Québec, partenaire de la résidence Adélard. À noter que l’ouverture d’Adélard pour sa saison 02 aura lieu le samedi 16 mai avec des belles surprises, de la musique, de la bière etc. Pour plus d’informations, visitez adelard.org ou contactez info@adelard.org.

Adélard
©Alain Lefort

Alain Lefort

Alain Lefort, photographe, sera en immersion chez Adélard du 16 mai au 28 juin 2020. Montréalais, il s’intéresse à la représentation photographique du territoire et de différents phénomènes naturels que l’on peut y retrouver. Il représente l’idée d’une nature autant sauvage et inquiétante que bucolique et onirique. En quête d’une certaine simplification formelle de la représentation du paysage, ses compositions photographiques recèlent des tensions et des antinomies, des images qui ont un potentiel dramatique, parfois angoissant. Les recherches récentes l’ont mené à s’intéresser à la transformation et la disparition du territoire. Que celles-ci soient provoquées par l’activité humaine ou par les cycles et les phénomènes naturels particuliers.

À Frelighsburg, il souhaite sensibiliser le public aux transformations du paysage et au temps qui passe en faisant appel à des méthodes photographiques traditionnelles, le sténopé, le cyanotype et les photogrammes. « La Rivière aux Brochets qui traverse la communauté, dit-il, la circulation continue des eaux et l’évolution de la flore sur un lieu donné m’apparaissent comme une analogie idéale pour illustrer les changements dans le temps et la lente transformation des choses. »

Adélard
©Émilie Bernard. Photo Stéphane Bourgeois

 

 

Émilie Bernard

Émilie Bernard sera en immersion à Frelighsburg du 4 juillet au 16 août 2020. Artiste visuelle qui habite à Québec, son travail est multiple. Elle privilégie le dessin, explore la sérigraphie, le livre et le texte. Émilie Bernard s’intéresse particulièrement à la nature et au paysage comme sujets de recherche. Elle aime travailler sur de grand déploiement de pièces, des successions de variantes et des énumérations continuelles pour concevoir des installations intimistes chargées de détails. Cette pratique se manifeste par des représentations décalées d’éléments de la nature et du paysage.

À Frelighsburg, elle entend poursuivre ses recherches en nature. Elle y pistera des objets naturels (branches, cônes de conifères, plantes sauvages, rochers, etc.) ayant un intérêt esthétique. De ces excursions découleront des dessins de divers formats, des objets d’argile et de plâtre. Le tout inspiré d’objets naturels de ses découvertes. Émilie Bernard crée également des livres entièrement conçus à la main. Exercice qu’elle souhaite partager avec les citoyens qui visitent Adélard. « Réalisant depuis plusieurs années des séjours de création, dit-elle, je sais à quel point ces moments privilégiés dédiés à la recherche peuvent être riches et prolifiques puisque toute l’attention est centrée sur la réflexion, l’exploration et la production. Et habiter Frelighsburg pendant six semaines est une idée qui m’enthousiasme énormément. »

Adélard
Série Roxham. ©Michel Huneault

 

Michel Huneault

Michel Huneault sera en immersion à Frelighsburg du 22 août au 4 octobre 2020. Photographe et artiste visuel, il habite Montréal. Sa pratique conjugue la photographie documentaire et les arts visuels contemporains. Avant de se consacrer entièrement à la photographie en 2008, il a travaillé plus d’une dizaine d’années en développement international. Ce qui l’a mené dans une vingtaine de pays, notamment en  Afghanistan, où il a passé une année entière à Kandahar.

Après avoir présenté la série Roxham sur les migrants qui arrivent au Québec et après avoir documenté le mouvement migratoire en Europe dans sa série Occident Express, Michel Huneault propose de poursuivre cette investigation avec la communauté de Frelighsburg afin d’explorer comment un lieu de frontière est aussi fondamentalement un lieu de rencontres.

Adélard : immersions-résidences pour la deuxième saison

Adélard Art Visuel

Adélard : immersions-résidences

[PRINTEMPS 2020] Par Sébastien Bérangé   Adélard a annoncé en janvier la sélection des trois artistes qui participeront à la deuxième saison, qui se tiendra à Frelighsburg du 16 mai au 4 octobre 2020. Il s’agit d…

Si vous aimez, svp partager! If you like this, then please share!