L’hiver au Centre d’art de Dunham

Un texte de Ève Sano-Gélinas

Paru dans le numéro

Le Centre d’art de Dunham situé à même la bibliothèque offre des expositions tout au long de l'année.

Le Centre d’art de Dunham situé à même la bibliothèque vous offre trois expositions cet hiver. La première, de Marek Latzmann, Readymades qui ne servent à rien, Ready mades for nothing, est en cours jusqu’au 1er décembre, tel qu’annoncé dans Le Tour de l’automne. Voici donc les deux autres expositions qui suivront, ainsi qu’un portrait de l’artiste François-Xavier Chamberland qui vous présentera son exposition en février et mars.

Centre d'art de Dunham

Qui se cache derrière ton colombogramme ?

Du 4 décembre 2021 au 30 janvier 2022

Vernissage le  4 décembre, de 14 h 30 à 16 h

Le vernissage du 4 décembre réunira les élèves de 3e année de l’École de la Clé-des-Champs de Dunham et ceux de 3e et 4e année de l’École St-François D’Assise de Frelighsburg. Ces élèves ont participé à l’atelier Pigeon voyageur au cours du mois d’octobre, guidés par l’artiste multidisciplinaire et art-thérapeute France Bergeron. Le projet a été inspiré par l’histoire des pigeons voyageurs, ces pionniers de la communication longue distance (ou l’ancêtre du texto dirons-nous !). Les élèves étaient invités à dessiner une scène ou à rédiger un court texte inspiré de la scène préalablement dessinée par l’autre classe. Les œuvres, dessinées sur des sacs, seront exposés pour les élèves et leurs familles, ainsi que pour le grand public. Huit sacs supplémentaires, réalisés lors d’ateliers cet été seront également exposés lors de l’événement.

Centre d'art de Dunham
François Xavier Chamberland, Convergences, pastel sec sur papier, 24 x 30 po. 1979

FULGURANCES

Œuvres au pastel sec de François-Xavier Chamberland

Du 5 février au 12 mars 2022

Vernissage le 5 février, de 14 h à 16 h

Portrait de l’artiste et de ses trouvailles inédites

Il y a toute une histoire, commence François-Xavier Chamberland, derrière ces œuvres réalisées au pastel sec. Elles sont sorties tout droit d’une autre époque, arborant couleurs vives et traits assumés, retrouvées tout récemment dans son appartement.

Des œuvres qui, exposées pour la première fois en février 2022 à Dunham, nous ramènent aux débuts de sa carrière. Il venait tout juste d’emménager à Toronto pour un contrat à Radio-Canada. C’était en 1979. En quelques semaines seulement, à même le sol de l’appartement, il se lance, d’un seul jet, dans la création de cette série de pastels. Fasciné par le médium lui-même et ses nombreux défis.

Centre d'art de Dunham
François Xavier Chamberland

L’amour de la matière, l’écoute du trait et la poésie du geste dictent depuis toujours le processus créateur de François-Xavier Chamberland. Ce dernier ne se cantonne ni dans un style ni dans un médium. Au pastel, au crayon ou encore un marteau à la main pour assembler des artéfacts auxquels il redonne vie dans ses sculptures, sa démarche demeure la même. Se laisser guider dans un échange constant avec la matière première qu’il a en face de lui. Dans une approche poétique minimaliste, Chamberland illustre à travers son œuvre le pouvoir illimité de la créativité et de l’imagination.

« Quand on travaille l’art, il faut surtout mettre de côté les peurs, les craintes que les gens aiment ou n’aiment pas. Ce qui est important c’est de le faire. Et c’est en faisant, en créant, que les œuvres viennent, » précise l’artiste, désireux de transmettre cette pensée aux jeunes (ou moins jeunes) qui fréquenteront l’exposition.

Sa mère, à l’origine de sa carrière d’artiste

« C’est donc beau, tout ce que tu fais ! » Des mots simples, mais qui ne s’oublient pas, surtout lorsque dits par une mère qui savait reconnaître la beauté. Elle qui savait insuffler une touche d’émerveillement à tout ce qu’elle faisait. Des tartes jusqu’aux vêtements des enfants, confie l’artiste, reconnaissant de l’apport important de sa mère et plus largement des femmes, autant dans son parcours de vie que dans le monde.

Originaire de Gaspé, François-Xavier Chamberland poursuit depuis plus de cinquante ans, en parallèle avec une carrière dans le domaine des médias et du cinéma, où il a fait tous les métiers (ou presque), une carrière riche et diversifiée en arts visuels. Reconnu pour le pouvoir évocateur de ses célèbres assemblages d’objets récupérés, il a également illustré plusieurs recueils de poésie. Sa créativité sans limites ne l’a pourtant jamais empêché d’être d’une précision sans pareille ! Saviez-vous que son premier métier était celui de cartographe ? C’est d’ailleurs cette minutie qui lui a valu son premier emploi à Radio-Canada !

Établi dans la région de Cowansville depuis 25 ans, il présente au Centre d’art de Dunham une série de vingt œuvres inédites réalisées au pastel sec en 1979. Pour toute information concernant les expositions du Centre d’art, visitez la page Facebook ou écrire à Maguy Carpentier à expo@ville.dunham.qc.ca.

Ève Sano-Gélinas

Entrevue et images : Maguy Carpentier

Centre d’art de Dunham

3638, rue Principale

Horaire

Mercredi : 13 h à 20 h

Jeudi : 10 h à 12 h et 13 h à 20 h

Samedi : 10 h à 16 h

Dimanche : 13 h à 16 h