Entaillage des érables: quelques conseils

Un texte de Roger de Winter

Paru dans le numéro

Comme l’entaille est une blessure à l'érable, il faut lui porter un grand soin afin de minimiser les dommages possibles.

entaillage
photo Mikaël Theimer

L’eau d’érable que l’on récolte pour fabriquer le sirop et la tire diffère considérablement de la sève qui circule dans l’arbre pendant sa période végétative. L’eau d’érable circule dans une partie de l’arbre appelée « aubier », comprise entre le cœur et l’écorce. Elle s’écoule de toute blessure fraîche de la fin de l’automne jusqu’à l’apparition des bourgeons à la fin du printemps, tant que la température se situe autour du point de congélation.

L’entaillage consiste à faire une blessure dans l’aubier. Celle-ci permet de canaliser une partie de l’eau d’érable vers un système de collecte (tubulure ou seaux). Comme l’entaille est une blessure, il faut lui porter un grand soin afin de minimiser les dommages possibles.

entaillage
photo Mikaël Theimer

L’entaillage

Pour commencer, assurez-vous d’avoir des érables à sucre en santé en examinant la cime de vos arbres. Ensuite, déterminez le nombre d’arbres à entailler en fonction de la production désirée. Vous obtiendrez entre un demi-litre et un litre de sirop d’érable par entaille. Considérez également votre disponibilité : les coulées dépendent de la température et non de votre agenda. L’eau d’érable se dégrade très rapidement, il faut donc la transformer au plus vite une fois récoltée.

Quand entailler

Il est difficile de prévoir la date à laquelle il faut procéder à l’entaillage des érables. Nos printemps sont changeants, à cause, entre autres, des changements climatiques. Pour notre région, la date optimale se situe entre la mi-mars et la fin mars, avec de petites variantes selon l’âge et l’exposition des érables.

Comment entailler

En plus de la blessure apparente sur le tronc, chaque entaille engendre une bande verticale de bois mort qui ne permet plus la circulation de l’eau d’érable. Cette bande a entre 20 à 50 cm de haut de part et d’autre de l’entaille, et de 10 à 15 cm de large. On doit donc éviter d’entailler dans le voisinage immédiat d’une ancienne entaille. Une bonne pratique consiste à percer la nouvelle entaille 20 cm à droite de l’entaille de l’année précédente.

Si vous collectez l’eau avec des seaux, tenez compte de l’épaisseur de neige au sol pour déterminer la hauteur des récipients une fois la neige disparue. Pour bien répartir la récolte tout au long de la saison, orientez les entailles effectuées dans l’érablière aux quatre points cardinaux, à des hauteurs différentes.

La profondeur de l’entaille incluant l’écorce ne devrait jamais dépasser l’épaisseur de l’aubier. Généralement, l’entaille fait entre 3,5 à 6,5 cm de profondeur, dépendamment de l’épaisseur de l’écorce. L’entaille doit présenter une forme parfaitement cylindrique et être très légèrement inclinée vers le sol pour permettre un meilleur écoulement.

Nombre d’entailles

Le nombre d’entailles d’un érable varie en fonction de son diamètre et de sa santé. Il ne faut jamais sur-entailler (jamais plus de 3 entailles par érable). À long terme, cela réduirait le rendement, en plus d’affecter la vigueur des arbres. Le nombre d’entailles que peut porter un érable sain dépend de son diamètre mesuré à hauteur de la poitrine (D.H.P.), à 1,3 m du sol, et sa circonférence.

Nombre d’entailles par arbre selon la grosseur de l’érable

Un mauvais entaillage peut occasionner la mort du cambium autour de l’entaille et ainsi altérer le système de défense naturel de l’arbre. Un bon entaillage permet l’exploitation acéricole pendant plusieurs décennies. Il permet la cicatrisation des entailles en deux ou trois ans et, à l’érable, de conserver son système de défense naturel.

entaillage
Roger de Winter devant un rondin d’érable qui a été bien entaillé ; on voit que le bois est encore sain autour de l’entaille. Photo Mikaël Theimer

Les outils nécessaires

Mèche  Celle-ci doit être spécialisée pour l’entaillage, bien affutée et de la même taille que le chalumeau. Elle doit permettre une coupe nette et facile, et retirer complètement le bois entaillé.

Perceuse  L’entailleur doit prendre une position sécuritaire qui permet de faire une entaille bien ronde avec la bonne inclinaison. Il est recommandé d’utiliser la vitesse la moins élevée pour ne pas brûler les parois de l’entaille.

Chalumeau  Il doit présenter une section conique permettant de le fixer dans l’entaille le plus hermétiquement possible. La taille du chalumeau doit correspondre à celle de la mèche (ex. : mèche 5/16 pour chalumeau 5/16 po.).

Marteau   Il doit être léger ; le chalumeau n’est pas un clou. Le chalumeau ne doit pas remplir l’entaille ; il faut laisser un espace entre la tête du chalumeau et l’aubier. De plus, trop enfoncer le chalumeau risque de fendre l’arbre.

Sceaux ou tuyaux 5/16   Si votre boisé est en pente, vous pouvez installer des seaux ou connecter 10 à 12 entailles sur une tubulure de 5/16 po. pour que l’eau descende par gravité dans un bassin collecteur près de votre site de bouillage.

Pour 15 entailles, prévoyez 15 chalumeaux de 5/16 en plastique avec attaches pour seaux, 15 seaux avec couvercle ou un rouleau de tuyau 5/16 et 15T, une ou deux mèches 5/16, un marteau léger, une perceuse électrique, ainsi qu’une bonne dose de courage et d’entrain.

Les fournisseurs d’équipement

Il existe plusieurs fournisseurs dans la région. Ils sont d’importantes sources d’information pour les techniques et les outils à utiliser. Pour n’en nommer que quelques-uns : CDL ou H20 Innovation, à Shefford; Équipement Lapierre, à Waterloo ; BMR (produits Agrizone) ; Dominion & Grimm Inc., à Granby. Il existe également plusieurs revendeurs locaux.

La transformation de l’eau d’érable

L’eau d’érable est un produit sensible qu’il faut manipuler avec soin. Elle contient entre 1,5 et 4 % de sucre et peut fermenter très rapidement.

Pour obtenir le sirop, il faut concentrer les sucres. Le processus de bouillage est très long, énergivore et salissant. Ne faites surtout pas bouillir votre sirop dans votre cuisine. Lors de la cuisson, l’eau peut produire beaucoup de mousse qu’il faut contrôler avec une goutte d’huile de carthame ou de tournesol.

Pour la transformation, il vous faudra un réchaud à gaz, un thermomètre (le sirop est prêt à 7° F au-dessus du point d’ébullition de l’eau), un filtre en polyester pour filtrer le produit final, une casserole profonde en acier inoxydable (évitez les casseroles en acier galvanisé et avec du plomb) et des contenants pour stocker le sirop.

Pour plus d’informations sur l’acériculture, consultez Agri-Réseau ou le MAPAQ. Certains fournisseurs d’équipements acéricoles ont de la documentation sur l’acériculture. Vous pouvez aussi contacter un acériculteur de la région.

Ce texte a été largement inspiré des travaux d’Alain Boily et de Gaston Allard pour le centre ACER.

Bon temps des sucres !

Roger de Winter, agronome et propriétaire de l’Érablière de winter

Photos : Mikaël Theimer