Entrevue avec Jean-Michel Ryan

Un texte de Geneviève Hébert

Paru dans le numéro

1. Vous qui êtes bien impliqués dans la communauté Suttonnaise et régionale à divers niveaux (Mont SUTTON, Corporation de développement de Sutton, Tourisme Cantons de l’Est, etc.), selon vous, comment celle-ci a-t-elle réagi à l’annonce de la transaction entre le Mont SUTTON et le Groupe Ryan ? Nous avons eu une excellente réaction de la communauté…

Jean-Michel Ryan Mont SUTTON

Photo Mathieu Dupuis

1. Vous qui êtes bien impliqués dans la communauté Suttonnaise et régionale à divers niveaux (Mont SUTTON, Corporation de développement de Sutton, Tourisme Cantons de l’Est, etc.), selon vous, comment celle-ci a-t-elle réagi à l’annonce de la transaction entre le Mont SUTTON et le Groupe Ryan ?

Nous avons eu une excellente réaction de la communauté de Sutton, de la communauté de skieurs, du personnel et des bénévoles de la station, notamment. Nous avons senti que les gens étaient derrière nous et attendaient une relève pour la station. Une relève qui s’inscrit en continuité avec le travail de la famille Boulanger et qui souhaite respecter l’ADN de Sutton et de sa communauté. Encore aujourd’hui, nous recevons des témoignages de félicitations.

2. Croyez-vous que votre choix de vendre une partie des terrains du Mont SUTTON à Conservation de la nature (CNC) a aidé à faire de cette transaction un succès ? 

Cela a évidemment aidé à structurer la transaction, mais nous croyons que cela a envoyé un message clair que nous souhaitons contribuer à la protection des paysages et au développement de zones de protection pour l’environnement. Nous visons la pérennité de la station de ski, mais également de cette belle destination qu’est Sutton. Nous croyons à un partenariat à long terme avec CNC pour le développement de celle-ci dans une perspective de développement durable.

3. Sentez-vous qu’il y a beaucoup d’attentes des gens de la communauté locale, régionale et de l’industrie du ski ? 

Il y a certainement beaucoup d’attentes. Le Mont SUTTON est l’une des plus belles stations du Québec, un attrait majeur pour la destination. La station est également le plus gros employeur de la région et ses retombées économiques directes et indirectes sont de plus de 15 M$. C’est un moteur économique important qui a influencé le développement de la ville de Sutton depuis son ouverture en 1960. Les attentes sont que nous continuions à investir pour développer et pérenniser la station. Cependant, nous croyons que le développement et la promotion de la destination doivent se faire dans une vision commune avec la contribution des hébergements, des gens d’affaires, du PENS et de la municipalité, notamment. Nous devons tous travailler dans la même direction et investir en temps, énergie et financement pour le développement d’attraits et d’activités à Sutton.

4. Après un hiver comme l’an dernier, comptez-vous injecter de l’argent dans la station en 2016-2017 et si oui, quelles seront vos priorités ?

Nous avons effectivement connu l’un des hivers les plus difficiles de l’histoire de la station. Cela affecte évidemment nos plans. Cependant, grâce à une entente avec Investissement Québec, nous allons pouvoir investir dès cette année. Les précisions sont à venir, mais comme mentionné par le passé, nous investirons prioritairement dans le système d’enneigement.

5. Allons-nous déjà sentir que le Mont SUTTON a changé de mains cette année et si oui, comment ? 

Nous nous inscrivons en continuité avec ce qui a été fait par la famille Boulanger. Ce sera la même équipe de direction qui a travaillé à l’amélioration et à la consolidation des opérations de la station. Nous garderons le même esprit et nous apporterons des améliorations au fil des prochaines années. Nous travaillerons avec une firme externe au cours des prochains mois pour élaborer un plan de développement d’ensemble (Master Plan) qui guidera nos actions. Ce sera véritablement la pierre angulaire pour la vision à long terme sur laquelle le développement et les changements s’opéreront.

6. Combien d’argent comptez-vous investir dans la montagne et sur quel nombre d’années ? 

Nous allons assurément investir plusieurs millions au cours des prochaines années, notamment dans l’amélioration de la capacité d’enneigement, les équipements pour le travail des pistes, l’amélioration du chalet d’accueil, notamment. Le « Master Plan » permettra de préciser les opportunités, les projets et les investissements afin de diversifier nos activités et de se positionner davantage comme station de montagne et destination quatre saisons.

7. Le Mont SUTTON est connu pour son caractère suranné. Allez-vous garder ce petit côté rétro ? 

Nous souhaitons apporter des améliorations, mais nous souhaitons conserver l’équilibre entre le développement, la modernisation, le fonctionnel et l’esprit des lieux. C’est très important pour nous.

8. Est-ce que l’offre d’abonnements saisonniers reste la même pour la saison 2016-2017, ainsi que le programme de l’école de ski ?  

L’offre d’abonnement s’est vraiment développée au cours des dernières années avec la passe du vendredi, celle du lundi, la passe pédagogique, la petite passe, la passe pour nouveaux parents et la passe rando-ski. L’équipe essaie de rester proche de la réalité de tous, tout en assurant un équilibre entre l’achalandage et l’expérience client les weekends. Cette année, tous ces produits seront de retour, et ce, aux mêmes prix que la dernière saison. Les différents types de billets journaliers et leurs prix resteront aussi les mêmes. Les programmes de l’école de glisse, qui ont aussi évolué au fil du temps (notamment avec le tapis magique ajouté l’année passée), resteront semblables en matière d’offre.

9. Dans les dernières années, le Mont SUTTON a élaboré des partenariats avec l’École de Sutton, ainsi qu’avec le Centre de la Petite Enfance La Passerelle des Mousses. Pensez-vous continuer à offrir de tels avantages aux résidents de Sutton et des environs ? Si oui, lesquels ?  

Nous continuerons à travailler pour favoriser le plus possible l’accès au ski et préparer la relève de nos skieurs et des futurs ambassadeurs. Par ailleurs, il est à noter que ces programmes ne seraient pas possibles sans l’apport des intervenants de l’École, du CPE et des parents bénévoles ; je pense, entre autres, aux sorties scolaires de l’École de Sutton l’an passé qui ont permis à chaque élève de venir au moins une fois en ski. Tant que nous aurons la communauté derrière nous, nous reconduirons assurément ces mêmes partenariats.

10. Planifiez-vous développer des partenariats avec d’autres stations de ski ? 

Nous avons déjà des ententes qui permettent à nos membres de visiter d’autres stations. Nous continuons à rechercher des partenariats stratégiques qui seraient bénéfiques pour nos membres, mais qui nous permettront également d’augmenter l’achalandage à la station, notamment en semaine.

11. On peut aujourd’hui profiter du Mont SUTTON à l’année : ski, planche à neige, fatbike, randonnée. Comptez-vous élargir l’offre 4 saisons ?

Il y a plusieurs opportunités pour la station et la destination. Il faut prendre le temps de bien regarder tout cela et s’assurer que les activités qui ont un potentiel correspondent à la destination, à l’ADN de Sutton. Des partenariats avec d’autres opérateurs d’activités peuvent également être envisagés. Par ailleurs, nous serons assurément derrière des projets porteurs. Le vélo de montagne a beaucoup de potentiel et nous croyons qu’un des plus beaux réseaux de sentiers au Québec peut être développé. La randonnée pédestre a encore un beau potentiel de croissance. Nous souhaitons que le cœur de la station soit davantage animé afin que nous puissions offrir différentes activités et divers services et ainsi offrir davantage d’emplois sur une base annuelle.

12. Parmi les terrains acquis avec la station, y en a-t-il sur lesquels vous pouvez construire des logements ? Si oui, est-ce dans les plans ?  

Il y a effectivement du terrain « construisible » et nous souhaitons du développement autour et à proximité de la station. C’est important pour assurer l’avenir de la station et de la destination. Un des objectifs du plan d’ensemble est de bien réfléchir au potentiel et de développer un projet intelligent afin de maintenir notre positionnement de milieu de qualité.

13. Les habitudes alimentaires des gens changent. Y aura-t-il un jour davantage de choix pour se restaurer à la montagne ? Peut-on espérer voir davantage de produits locaux sur les menus ?

Nous favorisons, dans la mesure du possible, l’achat de produits locaux. Par exemple, nous offrons des vins locaux au Bar Le Tucker, des viennoiseries locales au comptoir café, et utilisons quelques produits locaux durant la saison, également lors du Festival d’automne ou pour des évènements corporatifs, comme les produits Canards du Lac Brome, Viandes Dunham, Miel Riel et Boulangerie Abercorn, notamment. Nous avons reçu et soutenu l’évènement « pleins feux sur les vins de glace », et avons participé à différentes rencontres de réflexion sur l’approvisionnement local. Nous tentons sans cesse d’améliorer notre offre et notre directeur de la restauration a fait un excellent travail au fil des dernières années. Au chalet principal, les menus du jour proposent de l’osso buco, du poisson, et d’autres menus équilibrés. Nous avons un comptoir à salade diversifié et un grand choix de soupes tous les jours, ainsi qu’un bar à panini.