Journal Le TOUR 37 Été-Summer

LE TOUR V37#4
ÉTÉ/SUMMER 2020

 

Le Tour V37#4

ÉDITION COMPLÈTE / FULL EDITION

Éditorial

LA GARDIENNE

Pour cette première parution depuis le confinement, une œuvre en trois dimensions orne la couverture du Tour. La situation exceptionnelle que nous traversons commandait cette profondeur. À mon sens, cette oeuvre de l’artiste suttonnaise de 89 ans, Anke Van Ginhoven, intitulée La Gardienne, illustre bien l’essentiel de cette crise…

Un bout d’écorce, d’expérience, auquel on a donné un visage; une bribe de vie à laquelle on prête un peu d’humanité. Un être trône au centre du personnage, de son univers. Un museau canin, une poche kangourou? Le personnage le porte comme une robe, un trésor, une fierté. C’est la vie qui le tient. Le lien filial qu’il nourrit, son héritage. Ce que l’on cultive, que l’on élève et qui nous succédera. Ce sont ces liens, essentiels, qui ont été soit renforcés, soit mis en péril par la crise.

Le bras, unique. Toujours le même qui porte, qui console et qui berce. La main, petite mais ferme. Celle qui touche, qui nourrit, qui lave, qui se cramponne. Ces soins que l’on prodigue à nos proches, par amour, par empathie, par nécessité. Prendre soin n’est pas de tout repos et cette charge revient souvent aux mêmes.

Les clous rouillés sur lesquels la gardienne se tient. Symboles de l’ouvrier, de ce qu’on bâtit. Bouffés par l’érosion. La mince auréole de métal, fragile, prête à tomber. Même les anges gardiens ont besoin de soutien et de ressources.

La pandémie a mis en relief nos forces, notre capacité à prendre soin, à nous adapter et à nous soutenir, mais elle a aussi révélé nos fragilités. Pour bien mesurer les impacts de la crise, il faudra du recul, du temps, cette quatrième dimension. Il faudra voir plus loin que la surface, avoir le courage d’aller au fond des choses. Il faudra redonner aux aînés et à ceux qui soignent nos êtres les plus chers, leur dignité. On a manqué de bras. On a manqué de mains, d’ouvriers, d’anges. On a vu les chiffres, très peu de visages. Il faudra apprendre à lire et à honorer les lignes de l’écorce. Celle qui porte les traces du passé. Et celle qui nous protège.

Je souhaite à tous de trouver un sens à toute cette aventure qui, pour certains, est allée puiser au plus profond de leurs forces. Et plus simplement, que la belle saison vous aide à faire le plein d’énergie !

Geneviève Hébert


Editorial

THE CARETAKER

For this first edition following the confinement, a three-dimensional piece of art adorns the cover. The exceptional situation we face commanded depth. In my opinion, this sculpture by 89-year-old local artist Anke Van Ginhoven, titled The Caretaker, goes straight to the heart of things.

A piece of bark takes on a human face. A sliver of life, some humanity. A being of some kind sits in the middle. It’s the center of the universe, all that we care about. Our creation, our family. What we nurture and what will become our legacy. It is these bonds that have been put to the test by the pandemic.

The arm, unique. Small but strong. Always the same one reaching, holding, lifting and rocking. The care we provide out of love, empathy and necessity. Caretaking is not an easy task.

The rusty nails upon which the caretaker stands. Symbolizing what we built to support us. Weathered. The thin fragile metallic halo. Guardian angels die hard. But they too need support and resources.

The pandemic drew attention to the contrast between our strengths and our weaknesses. Our capacity to care, to adapt and to support each other. In order to measure the impact this crisis will have in the long run, we will need time, the fourth dimension. We will need to look beneath the surface and have the courage to face our weaknesses. We will have to bring dignity to our elders and to those who help us care for our loved ones. We had a shortage of arms, hands. We had a shortage of workers and caretakers. We were shown numbers but few faces. We will need to recognize and honour the bearers of our past as well as those caretakers, essential to us all. Just like bark, they carry our history and protect us.

I hope everyone can make some sense of all this. The situation has asked many of us to delve deep to find resources. On a lighter note, I wish everyone a peaceful summer!

Geneviève Hébert

LE TOUR V37#4ÉTÉ/SUMMER 2020

Journal Le TOUR 37 Été-Summer En kiosque

LE TOUR V37#4
ÉTÉ/SUMMER 2020

ÉDITION COMPLÈTE / FULL EDITION Éditorial LA GARDIENNE Pour cette première parution depuis le confinement, une œuvre en trois dimensions orne la couverture du Tour. La situation exceptionnelle que nous traversons commandait cette profondeur. À mon sens, cette oeuvre de…

Si vous aimez, svp partager! If you like this, then please share!