Théâtre La Simagrée

La joie au bout des doigts

 

[PRINTEMPS 2020]

Par Gabrielle Charbonneau

Théâtre La Simagrée
Isabelle de la Simagree_Credit Nikola von Merveldt

« Ce sont elles qui m’ont choisi, » clame candidement la fondatrice du Théâtre La Simagrée. Les marionnettes l’ont trouvé et depuis, elles ne l’ont pas quitté.

Que ce soit devant des enfants, des grands, des aînés ou des gens « différents », Isabelle fait valser ses marionnettes depuis plus de 25 ans. C’est sur le bord du fleuve, lors d’un emploi d’été, qu’elles se sont rencontrées. Les unes cherchaient l’autre pour les faire vivre dans un spectacle rappelant aux enfants, petits et grands, que l’eau, c’était plus qu’important. Isabelle les essaya et les adopta. La Simagrée commençait à jouer.

De marionnettes à fils à marionnettes à gaine, elle découvrit que cet art d’animer les objets lui offrait toute la liberté créative dont elle avait besoin. Inventer, fabriquer, jouer devinrent l’aventure dans laquelle elle décida de plonger. Même si au fil du temps, elle se questionna parfois sur le sérieux de cette aventure, un éclat de rire enfantin avait tôt fait de lui rappeler que cette place, derrière ses personnages, était bel et bien la sienne. Un diplôme en graphisme et un bac en enseignement des arts plastiques ne vinrent pas à bout de séparer Isabelle de ses marionnettes. Elles finissaient toujours par se retrouver, peu importe le temps qui les avait éloignées une de l’autre. À une certaine époque, elle était la seule fière représentante féminine marionnettiste du Québec à déambuler dans la province pour faire des spectacles en solo.

Les spectacles qu’elle présente maintenant sont parfois animés par d’autres magiciens des mains qui se sont joints à l’équipe « Simagrée ». Que ce soit à Sherbrooke, Montréal, Québec ou Saint-Armand, lorsque la créatrice du projet voit la joie qu’éveille le passage du théâtre sur les petits et les grands, qu’elle voit la magie portée par tous un chacun se réveiller au contact des personnages qu’elle rend vivant, elle s’avoue chanceuse. Chanceuse que la vie lui ait fait ce cadeau. Toucher le cœur des gens est grand et elle a le bonheur d’en faire un métier.

Le parcours d’Isabelle est atypique, car qui a soif de liberté ne peut se contenter de chemins déjà tracés. Elle a fait le sien, à coups de pinceaux et de papier mâché, de fils parfois emmêlés et de petites mains de bois à réparer. Elle a su honorer son authenticité et oser vivre de façon créative. Isabelle cultive encore et toujours « l’œil du merveilleux ». Ça se voit chez elle, dans ses yeux, son sourire. Ça s’entend dans sa voix et pas seulement lorsqu’elle devient Rosario ou Fricadelle.

Je vous invite donc, peu importe votre âge, à vous asseoir devant Le théâtre La Simagrée. Et à vous laisser aller. L’expérience de rires et de grands yeux étonnés n’auront d’autre choix que de vous transporter.

Et si on replongeait notre cœur dans le monde de l’enfance? Et décider que toute cette magie devienne un ingrédient-clé de cette fameuse recette-bonheur aux secrets tant convoités. Ne manquez pas le conte classique Le petit chaperon rouge présenté en théâtre d’ombres par le Théâtre La Simagrée. Au centre d’art de Dunham, le 29 février prochain à 10h30. Pour les 3 à 8 ans et les plus grands au coeur d’enfant!

Le Théâtre La Simagrée: La joie au bout des doigts

Théâtre La Simagrée Art & Culture

La joie au bout des doigts

[PRINTEMPS 2020] Par Gabrielle Charbonneau « Ce sont elles qui m’ont choisi, » clame candidement la fondatrice du Théâtre La Simagrée. Les marionnettes l’ont trouvé et depuis, elles ne l’ont pas quitté. Que ce soit devant des…

Si vous aimez, svp partager! If you like this, then please share!