VéloVolant: Gambader entre ciel et terre

 

Photo Denis Boulanger
[AUT 2015]

Par Denis Boulanger

Celles et ceux qui auront profité d’un moment de détente assis sur une chaise Adirondack comprendront mieux les commentaires qui suivent. Si vous ne l’avez jamais expérimenté, une Adirondack possède un long dossier qui permet au corps de basculer vers l’arrière la tête bien appuyée dans une position idéale pour la détente. L’Adirondack se trouve souvent placée devant un paysage sur une colline, au pied d’un arbre ou dans un jardin où elle devient un véhicule d’introspection ou de contemplation d’un paysage ou de la nature.

Alors, imaginez une chaise Adirondack mobile, suspendue entre ciel et terre! En plus, offrant une perspective unique que partagent exclusivement les écureuils et les oiseaux ou peut-être des émondeurs et quelques enfants qui réussissent à grimper haut dans les arbres. On se place à proximité d’une nature hors de portée afin d’observer l’envers de la médaille, c’est-à-dire de la cime vers le sol. On découvre que le feuillage constitue une majestueuse tapisserie de formes géométriques diverses et de tons de verts aux multiples saturations imbriqués les unes aux autres. Les plantes, les roches, les branches, les surfaces d’eau composent de magistrales mosaïques enlevantes.

Un tel véhicule formidable existe, c’est le VéloVolant. Le terme vélo fait seulement allusion au mécanisme de propulsion qui sert à déplacer une suspente, qui ressemble à une chaise Adirondack en toile. L’usager pédale à son rythme, bien qu’on suggère la plus basse vitesse possible, le long d’un fil de fer sur 1,2 km. De fait, on recommande de se déplacer pendant seulement un tiers du temps passé là-haut, la contemplation immobile étant recommandée pendant l’autre deux tiers. La vidéo d’introduction propose une balade de 45 minutes, la mienne a duré une heure.

Au-delà de la contemplation, il y a aussi les sensations. La première : le mouvement. En regardant loin devant soi, le fil de fer semble de niveau, sans pente perceptible. Cependant, comme tout fil tendu, il possède une légère dépression entre les points d’attache. Cela signifie que l’on doit résister à une légère accélération après leur passage, soit en retenant la pédale ou en appliquant le frein à main. En contrepartie, il faut fournir un petit effort à mi-chemin de la portée qui devient une pente ascendante. Le passage d’une attache se fait avec un léger soubresaut qui fait bercer la suspente, activant ainsi les papillons dans l’estomac. Deuxième sensation : le vertige. Celui-ci variera selon la tolérance de l’usager, puisque l’on circule à une hauteur du sol variant entre 3 et 33 mètres. Pour minimiser l’effet, mieux vaut regarder droit devant plutôt qu’en bas. Mais, comme m’avouait une jeune adepte, « C’est le fun d’être dans les airs! »  Troisième sensation : le bruit. Le chant des oiseaux, le vent dans les arbres, le son des cascades d’eau. Des sons purs amplifiés par le silence intrinsèque de la forêt sans le moindre bourdonnement d’insecte. La quatrième : la griserie. Sensation plus particulière qui se produit lorsque le véhicule est immobile près d’une attache, alors que les arbres aux alentours bougent sous l’action du vent. Un étourdissement agréable sans risques ni stimulants.

Le circuit du VéloVolant se trouve à la station de montagne Au Diable Vert. L’activité attire en moyenne une centaine d’utilisateurs par jour, entre 10 h et 16 h 30. L’achat d’un billet se fait en ligne seulement. Le prix pour un adulte (plus de 18 ans) est de 50 $, mais de 35 $ pour les plus jeunes. Fait à noter, la taille minimale requise pour un enfant est de 55 pouces ou 140 cm. À tout le moins, un parent ou un tuteur adulte doit accompagner l’enfant pour l’exposé de sécurité précédant la promenade. Le VéloVolant représente une expérience tout à fait sécuritaire dans un endroit paisible : il n’est ni un sport ni une activité exigeant de la performance.

Cet automne, apportez votre appareil photo pour capter les paysages multicolores, les mosaïques terrestres et les splendides tapisseries du feuillage.

Renseignements : (450) 538-5639 ou www.audiablevert.com

VéloVolant: gambader entre ciel et terre, texte de Denis Boulanger

Sport & Détente

VéloVolant: Gambader entre ciel et terre

[AUT 2015] Par Denis Boulanger Celles et ceux qui auront profité d’un moment de détente assis sur une chaise Adirondack comprendront mieux les commentaires qui suivent. Si vous ne l’avez jamais expérimenté, une Adirondack possède…

Si vous aimez, svp partager! If you like this, then please share!