Au Centre d’art de Dunham cet automne

Un texte de Maguy Carpentier

Paru dans le numéro

Cet automne, le Centre d'art de Dunham vous offre deux expositions, ainsi qu'un lancement de livre d'une autrice locale.

Centre d'art de Dunham
Oeuvre de Tristan Corbeil-Lapointe

Printemps All Dressed

Exposition choix du public

Photographies de Tristan Corbeil-Lapointe

Du 10 septembre au 15 octobre 2022

Tristan Corbeil-Lapointe est un artiste de la région qui a touché au dessin et au film d’animation avant de se tourner vers la photographie. Très vite, ce qui devait être un loisir devient un travail accaparant. Ce n’est qu’en 2019 qu’il ressort son appareil après une longue pause. Voyant la même dynamique s’installer, il décide de laisser tomber les contrats et de se concentrer seulement sur sa production personnelle dont voici le résultat ; Printemps All Dressed

« Ce sont des photos contemplatives, avec des compositions minimalistes sur le thème de la vie rurale, » décrit-il. « Ici, pas de portraits ni de close-up et peu de paysages. Plutôt de petites mises-en-scène. » Les photographies dépeignent des microcosmes dans lesquels on aurait envie de passer du temps.

Les foisonnements de textures se superposent ou se tendent sur des aplats de couleurs souvent incandescentes. « J’utilise un langage très pop pour parler de préoccupations intimes. Le message subliminal, c’est relaxe, respire, » insiste-t-il. Et ce n’est pas anodin. L’artiste admet volontiers qu’il a besoin de passer beaucoup de temps seul. « L’art, la détente, c’est une façon de me réguler, de me faire du bien. Je suis un émotif. Le terme ’’fleur bleue’’ représente bien ce que je fais, ce que je suis. » 

Ceux qui ont déjà vu le travail de Tristan reconnaîtront son esthétisme. Les fleurs sont présentes, les arbres aussi et beaucoup de nature. Il saisit celle-ci en surexposition, en contre-plongée ou sous un éclairage violent ou surréaliste. Dans un rendu wabi-sabi, les œuvres sont exubérantes, éphémères, romantiques et prometteuses. À l’image de l’être sensible qui les a fait naître.

Pour cette exposition au Centre d’art de Dunham, Tristan favorise la photographie pellicule et utilise sans complexe toutes les technologies numériques disponibles, des appareils-photos professionnels ou bon marché au cellulaire. Les gens qui visiteront l’exposition sont invités à voter pour leur œuvre préférée ; l’œuvre qui récoltera le plus de votes sera ensuite acquise par la Ville de Dunham.

Oeuvre de Sandra Veillette

Matières premières 

Sculptures de Sandra Veillette

Du 22 octobre au 26 novembre 2022

Vernissage : 22 octobre, de 14 h à 16 h

Matières premières » est une exposition de sculptures organiques. Elle a été pensée comme un parcours au cœur de la forêt. L’artiste l’a imaginé comme une déambulation, une balade grâce à laquelle petits et grands découvrent les richesses de leur environnement. On y découvre des personnages imaginaires créés avec des matériaux naturels : ossements, plumes, écorces, fleurs, champignons, ailes de papillon, etc. Ces éléments sont transformés puis assemblés avec goût et précision pour redonner vie à une nature morte. Le résultat suggère un monde fantastique. L’observateur peut donner libre cours à sa créativité et imaginer tout un univers autour des différentes pièces du corpus. 

Centre d'art de Dunham

Lancement du livre de Louise Filteau

Le sanatorium. Les promesses de l’exil

Les Éditions GID

Samedi 29 octobre 2022, de 14 h à 16 h

Louise Filteau réside à Dunham. Elle a été traductrice pendant une trentaine d’années avant de se tourner vers la poésie, la chanson et le roman. Le sanatorium, les promesses de l’exil est sa première œuvre de fiction publiée. Celle-ci sera lancée au Centre d’art de Dunham.

« Je suis retournée dans le trou noir de mes dix-sept ans, dans le no man’s land de l’invalide exilée au sanatorium. Près de quatre années de vie de jeune fille passées à regarder le plafond des heures durant, à vivre dépouillée de mon identité et de mes repères. Oui, j’en suis sortie guérie, mais une partie de ma personnalité s’est asséchée en même temps que mes poumons, balayée par la routine implacable de la cure et par la perte d’êtres chers.

Pourquoi après une si longue absence, avais-je consenti à cette visite en ces lieux dont j’avais enfoui le souvenir dans les replis les plus profonds de mon être et dont je n’avais jamais plus évoqué l’existence, comme une cicatrice invisible, une ombre non plus sur mon poumon mais sur mon âme. Pourtant, passé les premiers mois, j’y avais été par moments heureuse, entourée de camarades qui partageaient le même mal, la même honte : corps emmaillotés allongés aux quatre vents, pétris du même espoir, celui de guérir. »

Pour plus de détails, visitez la page Facebook du centre d’art.

Maguy Carpentier, directrice | expo@ville.dunham.qc.ca

Centre d’art de Dunham 

3638, rue Principale

Mercredi : 13 h à 20 h

Jeudi : 10 h à 12 h et 13 h à 20 h

Samedi : 10 h à 16 h