Havre Distorsionné

Le Havre Distorsionné

 

[AUTOMNE 2019]

Par Geneviève Hébert

Havre Distorsionné
Grégoire et Carole en plein action à Venise-en-Québec

Le Havre Distorsionné est un laboratoire de création qui fourmille de mille et un projets. C’est aussi le refuge de Carole et Grégoire, deux artistes multidisciplinaires aussi colorés et attachants que leurs œuvres.

Carole Ferrer est d’origine française, mais comme elle est arrivée au Québec à un très jeune âge, on décèle à peine son accent. Horticultrice de métier, son amour de la faune et de la flore transparaît dans ses mosaïques et ses perles de verre, et même dans ses marionnettes et les costumes qu’elles fabriquent. D’ailleurs, c’est peut-être ce qui frappe le plus chez elle. Il n’y a pas de cloisonnement entre les multiples facettes de son savoir-faire. Comme si ses talents, au lieu de simplement s’additionner, se décuplaient pour devenir multidimensionnels. Ainsi, dans ses mosaïques s’insèrent des tissus aériens, dans ses vitraux, les perles de verre se transforment en tiges et en feuilles.

De plus, Carole est visiblement habitée par l’envie de transmettre son savoir. Il y a quelques années, quand elle a réalisé qu’il n’existait pas de livres en français sur le vitrail, elle en a concocté une demi-douzaine, aujourd’hui publiés aux éditions Broquet. Elle donne aussi des ateliers de toutes sortes : couture, fusion ou perles de verre au chalumeau, pointe folle[i], etc.

Son acolyte, Grégoire Dunlevy, n’est pas moins complexe et impliqué. Son accent anglais trahit ses origines irlandaises, même s’il est né à Ottawa et a grandi à Montréal. Jeune adulte, il travaille comme militaire à Québec et au Congo, puis pour Bell comme monteur de lignes, entre autres. Il apprend à travailler le cuir, devient papa et déménage à Sackville au Nouveau-Brunswick, où il étudie la botanique. Musicien depuis sa tendre enfance, de retour à Montréal, il joue et chante dans les boîtes et le métro. Dans les années 80, il s’implique dans la création de l’Association des musiciens itinérants du métro, rebaptisée l’Association des musiciens indépendants.

Dans ces mêmes années, il vend des objets en cuir sur les quais du Vieux-Montréal. Il devient fasciné par le métier d’échassier qu’il exercera avec les troupes Face-à-face et les Échassiers de la Baie St-Paul. À 40 ans, il n’hésite pas à prendre des cours de danse contemporaine. Il désire ardemment bouger avec encore plus de fluidité sur les échasses. Depuis, il est l’animateur haut en couleur de maints défilés et festivals, dont Juste Pour Rire. Sa silhouette chauve et longiligne jouant du saxophone a même déjà été utilisée par la Ville de Montréal pour illustrer le côté festif de la métropole.

En 2015, ces 2 électrons libres se rencontrent et évoluent désormais sur la même orbite. Grégoire initie Carole aux échasses et on retrouve désormais ce duo perché en hauteur. Vous les retrouverez dans de nombreux défilés et sur la Principale à Dunham, où ils s’entraînent régulièrement. C’est aussi là qu’ils ont établi une boutique-atelier, à deux pas de Bernard le Boulanger. Ils y offrent des ateliers et toutes sortes d’œuvres d’art et d’artisanat. Parmi eux: articles utilitaires en cuir et en verre, lampes en vitrail, bijoux, tableaux et autres objets insolites.

D’ailleurs, peut-être avez-vous entendu parler de leur projet de médiation culturelle sous la forme d’une sculpture d’escargot ? Ce dernier, en bouteilles de vin recyclées et en ciment, aurait été tout à fait pertinent dans cette ville située au cœur de la Route des vins. Mais le projet n’a pas trouvé d’endroit où élire domicile. En attendant la suite, les deux artistes, aujourd’hui grands-parents, n’ont de cesse de se réinventer. Ainsi, ils tentent de transformer cette histoire en un conte fabuleux dans une pièce de théâtre destinée aux enfants.

Comme ils le disent si bien, parfois, il faut faire la part des choses entre ce qui les anime en tant qu’artistes et l’accueil, physique ou financier, qui leur permet de se réaliser. On leur souhaite de trouver le havre où ils pourront créer toutes les distorsions possibles. Après tout, comme l’écrivait André Maurois, « l’art est un effort pour créer, à côté du monde réel, un monde plus humain. »

 

[i] Technique d’assemblage de morceaux de tissus irréguliers et multicolores.

Le Havre Distorsionné : rencontrez Carole Ferrer et Grégoire Dunlevy

Havre Distorsionné Art & Culture

Le Havre Distorsionné

[AUTOMNE 2019] Par Geneviève Hébert Le Havre Distorsionné est un laboratoire de création qui fourmille de mille et un projets. C’est aussi le refuge de Carole et Grégoire, deux artistes multidisciplinaires aussi colorés et…

Si vous aimez, svp partager! If you like this, then please share!