LE TOUR V36#3 PRINTEMPS/SPRING 2019

 

Le Tour V36#3

ÉDITION COMPLÈTE / FULL EDITION

Éditorial

S’arrêter pour sentir la brise

On le sait tous, depuis un moment déjà, l’être humain fait des choix sans se soucier de la planète. On consomme de façon irresponsable sans même le savoir ou le reconnaître. En 2018, les médias ont sonné l’alarme de façon plus soutenue et appuyée. À part pour quelques climatosceptiques, impossible d’ignorer le message : en continuant de consommer comme on le fait actuellement, nous courons droit dans un mur. Et même en faisant des efforts surhumains, on risque de vivre les conséquences de notre inconscience collective dans un avenir très rapproché.

L’humain est un être d’habitudes et changer ses habitudes est fastidieux. Seul, il est difficile pour la plupart d’entre nous de le faire, peu importe le but. Il faut parfois être mis au pied du mur. Mais bien entouré, tout devient plus facile. On s’encourage et on s’inspire les uns les autres et on se soutient dans les moments creux. On souligne nos bons coups et on échange nos meilleurs conseils. À notre propre souffle s’ajoute un vent de collectivité qui nous aide à gonfler les voiles et à avancer avec même parfois, un certain sentiment de légèreté.

En ce moment, partout autour de moi, je remarque de petits changements dans le mode de consommation des individus et des communautés qui m’entourent. Ces changements sont imperceptibles à l’échelle planétaire. Pour citer un exemple éloquent, j’ai appris cette semaine que des élèves de l’école de La Clé des Champs de Dunham ont fait une vidéo pour faire la promotion de la boîte à lunch zéro déchet dans les écoles. Pour ce faire, ils ont réussi à obtenir une subvention du programme OSEntreprendre et l’aide de parents bénévoles. Ensemble, ils porteront leur message dans d’autres écoles. En voilà une belle initiative! Et il y en a d’autres!

Quand la cause est bonne, le vent de changement est comme une brise du printemps. Même si le printemps est une saison « entre-deux », souvent pas très marquée, d’imperceptibles changements se trament et s’accumulent. La vie se réveille, s’étire et émerge tranquillement de son hibernation. Ce n’est qu’avec le temps que nous verrons véritablement les résultats de ces changements. En attendant, il fait quand même bon se réjouir devant chaque jour qui s’étire en lumière, chaque bourgeon qui fait son apparition, chaque petit changement qui nous amène vers la transition.

Bon printemps !

Geneviève Hébert


Editorial

Taking a moment to breath it in

We all know that as humans we have made many choices without considering our beleaguered planet. We unconsciously consume irresponsibly without even acknowledging the after-effects. In 2018, the media was more assertive and alarmist than ever. Except for a few climate sceptics, it is impossible to ignore the message: if we continue to consume like we do we are aiming straight for disaster. Even if we make superhuman efforts, the near future seems to be inevitably paved with drastic consequences due to our collective oblivion.

Humans are creatures of habit and habits die hard. Because changing habits on one’s own is difficult, no matter what the goal is, we sometimes need a serious wake-up call to do so. When we are part of a changeinstigating community however, everything seems easier. We inspire, motivate and support each other in dire times. We remind ourselves of our good deeds and share advice and tricks. Our personal and collective sail swells and brings us forward as we become but one breath in the wind of change, sometimes taking the weight from our shoulders.

Lately, I have noticed many little changes in the way our small communities relate to their environment… For example, this week I learned that students at La Clé des Champs Elementary School in Dunham made a clip promoting zero waste lunch boxes in schools. The initiative was supported by a grant from the OSEntreprendre Challenge and volunteering parents. Together, they are now bringing their message to other schools. This is an initiative amongst many. The results of all these little steps, that may be invisible on a planetary scale, hopefully will eventually become more obvious.

When the motive is good and the time is ripe, a wind of change is like a spring breeze. Spring is a season when life awakens slowly but surely and comes out of hibernation. In the meantime, it might be noteworthy to appreciate that dawn comes earlier and earlier every day, and to watch the buds of life unfold as well as every other change brings us closer to transition.

Happy Spring !

Geneviève Hébert

LE TOUR V36#3 PRINTEMPS/SPRING 2019

En kiosque

LE TOUR V36#3 PRINTEMPS/SPRING 2019

ÉDITION COMPLÈTE / FULL EDITION Éditorial S’arrêter pour sentir la brise On le sait tous, depuis un moment déjà, l’être humain fait des choix sans se soucier de la planète. On consomme de façon…

Si vous aimez, svp partager! If you like this, then please share!