La Rumeur Affamée… de Frelighsburg !

Un texte de Geneviève Hébert

Paru dans le numéro

La Rumeur Affamée de Sutton aura bientôt une petite soeur à Frelighsburg!

Rumeur Affamée
Les propriétaires de La Rumeur Affamée de Sutton et Frelighsburg : Kim Besré, Julie Laperle et Jean-Philippe Maurice. Crédit photo Philippe Choinière

Les propriétaires de La Rumeur Affamée Sutton, qui ont acquis la bâtisse des Sucreries de l’érable à Frelighsburg, sont à la fois excités et fébriles. Il y a beaucoup de bouchées à prendre en même temps, mais le projet se concrétise peu à peu. « On espère ouvrir au courant de l’été, ou du moins avant Noël 2022, » dit Kim Besré à la blague. Évidemment, les propriétaires sont tributaires de la livraison d’équipement, des frigos notamment, et du bon déroulement des rénovations.

D’emblée, Kim précise que l’idée est de « garder l’esprit des lieux, comme à Sutton. C’est super important pour nous, » insiste-t-elle. Mais comme l’endroit fera office d’épicerie fine et non plus de restaurant, les nouveaux propriétaires doivent nécessairement repenser l’aménagement. 

Des produits fins et locaux

Pour le prêt-à-manger et les pâtisseries, la production se fera à Sutton par la copropriétaire Julie Laperle et son équipe bien rodée. Par contre, soyez sans crainte, la fameuse tarte au sirop d’érable des Sucreries de l’érable sera toujours en vente, comme à Sutton.

En ce qui concerne les produits sur place, ils seront sensiblement les mêmes qu’à Sutton : fromages, poissons, viandes et charcuteries, pains, craquelins, petits pots de toutes sortes, vins et cidres du Québec. Vous y trouverez aussi certainement vos produits locaux préférés : Missiska, fermes Badger et Raudoné, Safranière des Cantons, Les 3 acres, Au Cœur de la Pomme, Yamabiko, Les Jardins en Mouvement, etc.

La même expertise avec une offre adaptée

Bien sûr, il y aura aussi des produits spécifiques à La Rumeur Affamée de Frelighsburg, notamment des accessoires de table comme la céramique de Christian Roy et de l’Atelier La Louve. Et les propriétaires adapteront leur offre au fur et à mesure qu’ils apprendront à connaître leur clientèle. Mais l’idée de base est d’offrir la même expertise et la même efficacité qu’à Sutton. « On veut offrir le service là où il y a une plus-value, là où c’est utile, afin d’augmenter l’efficacité, comme avec les nouveaux frigos libre-service pour les sandwichs à Sutton, » ajoute Jean-Philippe Maurice, qui travaille dans l’industrie des fromages depuis plus de quinze ans.

Aux dires des propriétaires, La Rumeur Affamée de Frelighsburg sera « la petite sœur » de La Rumeur Affamée de Sutton. On a bien hâte d’en faire la connaissance !

Geneviève Hébert