Le Wolf Bike Park

Un texte de Geneviève Hébert

Paru dans le numéro

Le Wolf Bike Park est un centre d’apprentissage doté d'un parcours de progression pour débutants à experts avec une emphase sur tout ce qui est aérien.

Wolf Bike Park
Photo fournie

Les mordus de vélo de montagne seront heureux de savoir qu’à Mansonville se cache un nouveau terrain de jeu, le Wolf Bike Park. Ce dernier a ouvert officiellement l’an dernier dans une ancienne érablière sur la terre familiale d’Alexandre Béchard et Ève Milanovic. Tous deux premiers répondants de Mansonville, ils patrouillent les sentiers. Lors de mon passage, j’ai rencontré Ève, visiblement très fière du projet qu’ont réalisé Alexandre Duquette et Simon Drouin dans leur cour. Pour eux, elle n’a que de bons mots. « Ils sont extraordinaires et minutieux. Je pense que ce qui fait du Wolf Bike Park un succès, c’est que ce sont les mêmes qui sont responsables de la construction des sentiers, de leur entretien et de leur développement. Ailleurs, les compagnies de l’extérieur qui sont engagées pour bâtir les sentiers reviennent rarement sur place pour voir comment ça évolue. »

Des loups du vélo

Les fondateurs du Wolf Bike Park, Alexandre Duquette et Simon Drouin, sont deux loups non seulement du vélo de montagne, mais aussi de la construction de sentiers et de la formation en plein air. Amis depuis l’adolescence, ces deux trentenaires ont passé de nombreuses années à parfaire leurs prouesses aériennes, mais aussi leurs talents de pédagogues et de trail-builders. Ils ont notamment réalisé plusieurs sentiers d’habiletés en Estrie sur des terrains privés et dans des cours d’école. 

Les deux férus de plein air ont aussi posé de nombreuses balises afin que de jeunes loups suivent leurs traces. Éducateur physique de formation, Alexandre Duquette a travaillé pendant une dizaine d’années au sein d’un programme scolaire axé sur le plein air. Avant ça, lui et Simon Drouin ont créé et animé des camps de jour en vélo de montagne et fondé une coopérative de plein air, Carbure Aventure, dont Simon est toujours le co-directeur. Ce dernier est aussi le fondateur de Levelupmtb, une école qui offre du coaching en vélo de montagne.

Wolf Bike Park
Photo fournie.

Toujours plus haut, toujours plus loin

C’est certainement pour cela que le Wolf Bike Park est davantage un centre d’apprentissage qu’un parc de sentiers. On y trouve un parcours de progression pour les débutants à experts avec une emphase sur tout ce qui est aérien. Pensez ici à des sauts et des ruptures de pente (communément appelés drops) pourvus de zones d’atterrissage dégagées.

Ici, le but n’est pas de faire du kilométrage, mais de développer ses habiletés. Les pistes courtes comportant de nombreux défis favorisent la répétition. Lorsqu’on réussit un module et qu’on acquière assez de confiance, on passe au suivant où le niveau de difficulté augmente d’un cran. Il y a également des sentiers de « portage » pour les piétons et un trampoline avec vélo (le trampobike) pour pratiquer les manœuvres dans les airs. 

Apprendre en meute

Les samedis matins sont dédiés aux sessions de coaching du Wolf Bike Park. Vous avez le choix entre plusieurs formules en groupe de 12 à 16 personnes : flowair, style, virage, parent-enfant. Évidemment, le coaching est adapté à la clientèle, plus ludique pour les enfants, plus technique pour les adultes. « On souhaite que les gens repartent avec une image mentale claire du bon mouvement à produire, » précise Duquette. Vous pouvez aussi louer le parc avec coaching le dimanche de 10h à 16h pour un groupe VIP. L’école LVLUP offre également des cours privés et semi-privés en semaine, jusqu’à 6 personnes par coach. Tous les coachs du Wolf Bike Park et de LVLUP sont certifiés par la Professional Mountain Bike Instructor Association (PMBIA). 

Pour les loups solitaires 

Il y a des sessions libres 3  jours par semaine, le jeudi et le vendredi de 10h à 16h et le samedi de 13h à 17h. Le parc n’accueille jamais plus de 60 personnes à la fois. En bas de 16 ans, ça prend un adulte accompagnateur. Sachez qu’il n’y a aucun point d’eau pour le ravitaillement, donc faites le plein avant d’arriver ! Par contre, vous avez accès à une toilette chimique sur place. 

Vous pouvez vous procurer vos billets électroniques à www.wolfbikepark.com.

Geneviève Hébert

Wolf Bike Park

Pourquoi ça s’appelle Wolf Bike Park ? 

Parce que le mot wolf est anacyclique ; il a aussi du sens quand on le lit de droite à gauche : flow. Le Wolf Bike Park est un flow park, c’est-à-dire qu’on n’a pas besoin de freiner ou de pédaler lorsqu’on le descend de haut en bas.