L’agripaume cardiaque

Un texte de Annie Rouleau

Paru dans le numéro

L’agripaume est une plante de rythme, de régularité des rythmes. Sa physionomie illustre bien son action médicinale ; tout au long de ses longues tiges raides se posent les feuilles, à intervalles réguliers, aux aisselles desquelles sont lovés les épis de fleurs. Cette régularité physique, l’agripaume la transmet au corps humain.

agripaume
L’agripaume

Utiliser les plantes médicinales pour aider sa santé demande souvent beaucoup de patience. Particulièrement pour des troubles graves ou chroniques, plusieurs semaines sont en général nécessaires avant de constater les réels bienfaits des plantes. Rétablir l’équilibre physique ne se fait pas en un clin d’œil ! Paradoxalement, certaines plantes agissent extrêmement rapidement. Soigner un gros rhume en moins de deux jours est tout à fait envisageable. Calmer une crise d’angoisse instantanément est aussi possible grâce à certaines plantes. L’une d’elles agit particulièrement vite et bien. L’agripaume. Leonorus cardiaca de son nom latin, Motherwort en anglais.

L’agripaume est une plante de rythme, de régularité des rythmes. Sa physionomie illustre bien son action médicinale ; tout au long de ses longues tiges raides se posent les feuilles, à intervalles réguliers, aux aisselles desquelles sont lovés les épis de fleurs. Cette régularité physique, l’agripaume la transmet au corps humain.

Pour le système nerveux, la plante calme et apaise. On peut l’utiliser dans à peu près n’importe quelle situation troublante et éprouvante. C’est une plante à donner toutes les quinze minutes à toute personne en état de choc, en crise de panique ou d’angoisse. L’agripaume permettra de revenir à la réalité. On l’utilise comme tonique nerveux pour les déprimés, les endeuillés, les incertains.

Son impact sur les rythmes du corps sert aussi le cœur et son système. On l’utilise en cas de palpitations et de tachycardie, surtout lorsque celles-ci sont accompagnées d’angoisse. Elle aidera le cœur à se contracter efficacement, de manière régulière et uniforme. L’agripaume entre de façon tout à fait légitime dans des mélanges servant à soutenir les personnes souffrant d’insuffisance cardiaque ou ayant subi un infarctus.

Dans le même ordre d’idée, on utilise l’agripaume en cas d’hyperthyroïdie. Elle ne traitera pas la pathologie, mais soulagera les envolées cardiaques que provoque la maladie.

Les autres indications de cette merveilleuse plante concernent le système reproducteur féminin. L’utérus étant, comme le cœur, un muscle lisse contractile, l’impact régularisant de l’agripaume est bénéfique tout au long du cycle de fertilité des femmes. L’agripaume sert celles aux prises avec des menstruations douloureuses, un SPM trop intense ou une irrégularité du cycle. La plante est aussi excellente en fin de grossesse, puis durant et après l’accouchement, tonifiant l’utérus et l’aidant à se contracter doucement, mais efficacement et à reprendre sa forme après les tranchées.

Originaire d’Eurasie, on a naturalisé l’agripaume à l’ouest au douzième siècle. Elle est maintenant commune en Europe et en Amérique du Nord. Elle pousse en colonies, souvent près des vieilles granges et écuries. Comme la plupart des plantes de la famille des menthes, à qui elle appartient, l’agripaume peut facilement devenir envahissante.

L’histoire de l’utilisation de l’agripaume pour ses vertus médicinales remonte à la Grèce antique. Comme beaucoup d’autres plantes médicinales utilisées jadis, son statut thérapeutique a été menacé il y a quelques centaines d’années par les tournants qu’a pris la médecine. L’engouement pour les substances médicinales plus agressives et la mise en désuétude des formes de médecine traditionnelle, celle des sages-femmes surtout, ont bien failli avoir raison de l’usage cette plante. Aujourd’hui, l’agripaume est à nouveau reconnue, respectée, étudiée et utilisée. Merci aux porteurs de traditions d’avoir su préserver les connaissances ancestrales, de même qu’aux chercheurs russes et chinois d’en avoir vérifié plusieurs !

Pour la posologie, en cas de crise de panique ou autre, prendre 7 à 15 gouttes de teinture sous la langue. Répéter toutes les quinze minutes jusqu’à apaisement. Durant l’accouchement, prendre de 15 à 25 gouttes de teinture, chaque demi-heure jusqu’à la fin du travail. Puis 30 gouttes chaque heure jusqu’à ce que la matrice ait repris une forme à peu près normale. Le médecin ou la sage-femme est en mesure de déterminer cela. Il est possible de remplacer la teinture par une infusion. On infusera alors une cuillérée à thé de plante sèche par tasse d’eau. Une tasse de tisane équivaut à environ 10 ou 15 gouttes de teinture. La quantité de liquide alors ingérée sera peut-être une raison qui portera l’usager à opter pour la teinture !

Pour qui souhaite utiliser l’agripaume pour ses actions plus toniques, sur une longue période de temps, on suggère de 30 à 60 gouttes matin et soir. Une seule mise en garde : comme l’agripaume stimule les contractions utérines, on déconseille de la prendre durant les six premiers mois de grossesse. Autrement, elle est sans danger.

Santé !

Annie Rouleau, herboriste praticienne

annieaire@gmail.com