Changements dans le monde agricole

Un texte de Anthoni Barbe

Paru dans le numéro

L’adoption de plus en plus généralisée des nouvelles pratiques agricoles est la seule avenue permettant au monde agricole de s’adapter aux nouvelles réalités environnementales avec lesquelles nous devons maintenant composer.

Avec l’été chaud et historiquement sec qu’on a connu dans la région, l’adaptation des pratiques agricoles devient incontournable pour faire face aux nouvelles réalités climatiques. C’est pour aider les producteurs et productrices agricoles de la région que l’Organisme de bassin versant de la baie Missisquoi (OBVBM) propose depuis 2016 un accompagnement agronomique spécialisé. Avec les cyanobactéries encore présentes cette année dans la baie, la volonté d’améliorer la qualité de l’eau se fait de plus en plus grande et le monde agricole répond « présent ».

Plus de 130 producteurs ont été visités par les agronomes de l’OBVBM dans le cadre du projet Interventions ciblées sur le contrôle de l’érosion et la conservation des sols. C’est plus de 30 000m2 de bandes riveraines qui ont été aménagées depuis le début du projet. Toutefois, pour avoir des sols mieux adaptés aux changements climatiques encore, c’est à leur structure et à leur santé qu’il faut s’intéresser.

pratiques agricoles
Le paysage agricole est en pleine mutation à St-Armand.

Un sol en santé : une étape cruciale

Pour qu’un sol soit en bonne santé, il lui faut une bonne teneur en matière organique. Un seul pourcentage (1%) de matière organique dans les 30 premiers centimètres de sol permet de retenir environ 150 000 litres d’eau par hectare. De plus en plus d’entreprises agricoles de la région choisissent donc une façon simple d’augmenter la teneur en matière organique de leur sol : utiliser un engrais vert. L’engrais vert va aussi aider à retenir le sol lors des pluies intenses qui sont appelées à être plus fréquentes, il en est donc d’autant plus rentable.

Pour que l’eau captée en surface puisse recharger les nappes phréatiques, il est important d’éviter d’avoir un sol compacté. Éric Beaudoin, agronome à l’OBVBM, explique que « un sol non compacté permet à l’eau de vraiment rejoindre la nappe plutôt que de rester en surface, tandis qu’un sol compacté aura une zone sèche en dessous de la compaction ».

Des pratiques qui bénéficient aux cours d’eau… et aux entreprises agricoles

La rétention d’eau dans le sol devient un paramètre de plus en plus crucial. Surtout lorsque l’on connaît des épisodes de sècheresses importantes comme cette année. Déjà l’approvisionnement en eau constitue un casse-tête pour plusieurs entreprises agricoles du sud du Québec. Les pratiques favorisant l’infiltration et la rétention de l’eau constituent donc une solution concrète. En plus, elles offrent un bénéfice environnemental directe.

En effet, l’eau qui s’infiltre dans le sol ne ruissellera pas jusqu’au cours d’eau le plus proche. C’est lors de ce ruissellement que l’eau peut éroder le sol. Il emporte ainsi les éléments nutritifs, destinés aux plantes, directement dans les cours d’eau. Ces éléments nutritifs favoriseront alors l’apparition de cyanobactéries.

En plus de l’engrais vert, plusieurs autres pratiques peuvent favoriser la rétention de l’eau et du sol. Parmi elles, les cultures intercalaires et l’agroforesterie. L’adhésion à ces pratiques est actuellement en nette augmentation.

Appel aux propriétaires d’entreprises agricoles

Vous êtes propriétaire d’une entreprise agricole? Si vous aimeriez en savoir plus sur ces mesures et l’accompagnement que l’OBVBM offre, c’est facile! Vous n’avez qu’à contacter les agronomes Éric Beaudoin au 450-203-0178 ou Claudie Laflamme au 450-775-2985.
.
L’adoption de plus en plus généralisée des nouvelles pratiques agricoles est la seule avenue permettant au monde agricole de s’adapter aux nouvelles réalités environnementales avec lesquelles nous devons maintenant composer. Favoriser la rétention de l’eau en augmentant la teneur organique du sol et en évitant la compaction. Voilà ce que sont en train d’accomplir les entreprises agricoles de la région. Et vous, faites-vous partie de la solution?

Derrière le projet Interventions ciblées sur le contrôle de l’érosion et la conservation des sols

Le projet Interventions ciblées sur le contrôle de l’érosion et la conservation des sols est financé par le MAPAQ, la MRC Brome Missisquoi, l’OBVBM et le Lake Champlain Basin Program. Le projet d’accompagnement des producteurs agricoles de l’OBVBM s’inscrit dans les objectifs du Plan d’agriculture Durable (PAD) ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation dont les objectifs sont d’ici 2030. Ce plan prévoit notamment l’amélioration de la santé des sols et une meilleure gestion de l’eau.

Anthoni Barbe, chargé de communication OBVBM
communications@obvbm.org
514 404-5033